• Elle n'est pas récente mais elle donne de la couleur à la grisaille

    "Mes" conures soleil du jardin des oiseaux 


    2 commentaires

  • 7 commentaires
  • "24 heures photo" chez Patricia 

    http://www.chemindetables.over-blog.com

     

    La symphorine est un arbuste caduc appartenant au genre Symphoricarpos et à la famille des Caprifoliacées, dont font aussi partie les chèvrefeuillesL


    12 commentaires
  •  Antoine, Louis et Mathieu Le Nain sont trois frères peintres issus d’une famille bourgeoise aisée, originaire de Laon.

    En 1629, ils s’installent dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, alors situé hors les murs de Paris, et travaillent ensemble jusqu’au décès des deux aînés, Antoine et Louis, en 1648.

    La célébrité des trois frères est attestée par la diversité des commandes connues, notamment celle du portrait des échevins de Paris en 1632, ainsi que par des textes de contemporains, fait assez rare à l’époque. Si aucun document ne permet de savoir comment les Le Nain se répartissaient le travail dans l’atelier, plusieurs styles, et donc plusieurs mains, sont détectables dans les œuvres qui nous sont parvenues : des scènes religieuses, une allégorie, des portraits ainsi que de nombreuses représentations de la vie paysanne.

    Ces dernières sont aujourd’hui les peintures les plus célèbres de leur œuvre. Parmi elles, Famille de paysans dans un intérieur, traditionnellement attribuée à Louis.

     


    10 commentaires
  • Le challenge de la rose du samedi N°34 du 18-11-17 aura pour consigne "Une rose simple ou une rose églantine"

    La rose du samedi demandée par Jean Pierre n° 34

     

    La rose du samedi demandée par Jean Pierre n° 34

    La rose du samedi demandée par Jean Pierre n° 34

     


    1 commentaire
  •  N'hésitez pas à cliquer sur les photos !

     

    Nous sommes séparées par un fil, elle m'a adoptée et me suivra tout le long du chemin

    Pas une cigogne mais plusieurs ...

    La Cigogne blanche est l'oiseau symbole de l'Alsace depuis des décennies pourtant sa biologie est longtemps restée inconnue. Si tous les touristes et tous les enfants savent que dans les légendes elle apporte les bébés et que ses claquettements annoncent le retour prochain du printemps, seule une minorité se demandent pourquoi elles sont encore si nombreuses à Noël en Alsace, alors qu'elles sont sensées hiverner en Afrique à l'abri des conditions climatiques difficiles de nos régions.

     

    Comme tous les échassiers de sa famille, la cigogne possède de très longues pattes dépourvues de plumes, qui lui permettent de chasser dans les zones humides. Elles sont rouge-orangé, comme son bec qui peut atteindre jusqu'à 19 cm de long. Ses yeux foncés sont bordés d'une coloration noire qui s'étire au coin externe de l'œil comme un maquillage. On peut différencier un mâle d'une femelle grâce à la taille et le bec plus large du mâle.

    Le plumage des cigognes blanches.

    Le plumage de la Cigogne blanche est uniformément blanc, seules certaines plumes des ailes, les rémiges et les grandes couvertures, sont noires. Lorsque la cigogne replie ses ailes ces dernières recouvrent totalement les plumes blanches de la queue (rectrices), donnant ainsi l'impression d'une queue noire. Les plumes noires sont particulièrement solides, et elles assurent donc une bonne résistance des ailes dans les courants d'air. La mue est très progressive. Elle est étalée sur plusieurs mois en fin de saison de reproduction mais n'empêche pas les cigognes de voler. 

    La longévité des cigognes peut dépasser 30 ans en captivité, mais rares sont les individus vivant plus de 20 ans dans le milieu naturel

     

     


    6 commentaires
  • Joli soleil l'après-midi

    Joli soleil l'après-midi

    Joli soleil l'après-midi

     


    7 commentaires
  •  

     

    Ma photo préférée  gérée par Anika


    5 commentaires

  • 7 commentaires
  • Des baies, des graines, de l'eau !

     

    Les oiseaux du ciel ne sont pas malheureux ... des arbres pour s'abriter, des haies plein de baies (si vous cliquez sur la dernière photo, vous verrez des oiseaux dessus), des baies dans le jardin de la chartreuse et une réserve d'eau naturelle au dessus des garages !


    6 commentaires
  • Une rose à offrir pour une mariée, je ne pense qu'à elle mais j'ai dû la mettre déjà !

     


    3 commentaires
  •  

    11 novembre 2017

    Notre grand-père Pierre (à Anika76 et à moi) né le 10 juillet 1881 (marié en 1906) ne part pas mais son jeune frère Emile, oui ... 

    Emile est né le 7 mars 1888 à Cesson (35). Il laisse la moisson, monte dans le train le dimanche 2 août 1914. Il sera dans la bataille des Ardennes. Il est mort le 22 août 1914 à Ethe en Belgique.   

    "Partout en Bretagne, en cette fin d'après-midi du Samedi 1er août 1914, du clocher des cathédrales jusqu'aux plus petites églises de village le tocsin sonne et brise une paix vieille de 44 ans.   

    Dans les champs, les paysans en pleine moisson posent leurs faucilles, grimpent sur les talus, tendent l'oreille : le feu, peut-être ? Non ! La mobilisation.  

     Et tous courent au bourg. Sur les routes passent en trombe les voitures des gendarmes qui distribuent aux mairies les affiches de l'Ordre de Mobilisation" annonçant celle-ci pour le 2 août à

    0h00 et qui , aussitôt placardées, provoquent des attroupements. Chacun lit ou se fait lire, comprend ou cherche à comprendre.

    Sur le perron de la maison communale, l'instituteur ou le maire expliquent : "Oui c'est la mobilisation générale. Regardez le fascicule bleu de votre livret militaire. Il indique le lieu de votre caserne".

     Les militaires en permission spéciale en ce week-end pour des mariages ou autres fêtes de famille se voient remettre par les maires des télégrammes mentionnant "Ordre de rejoindre votre corps immédiatement et sans délai" plongeant les leurs dans une certaine détresse". 

    J'ai emprunté quelques phrases à Christian Signol ... Son livre (un matin sur la terre) m'a fait comprendre quelle incompréhension avait dû ressentir un paysan breton tel qu'Emile quand il est parti vers les Ardennes. Avait-il déjà quitté sa Bretagne ? sa famille ? sa promise peut-être ?

    Je ne peux répondre. A la maison, on ne parlait pas de la guerre. Ce fut une tragédie pour mon grand-père qui n'avait qu'un frère et qui attendait son premier enfant : en effet, mon père est né le 27 novembre 1914.

    En hommage à ce frère, quand mon grand père a eu son 2ème fils, il l'a prénommé Emile. Ce BB ne vécut que 4 mois ... j'ai entendu souvent mon père dire : "Emile est mort deux fois durant la guerre".

    C'est tout. 


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires