• L'orchidée a

    L'orchidée a

    Il fait un froid de canard dehors malgré un beau ciel bleu et du soleil

    L'orchidée a

    L'orchidée a

     L'arbre préféré des mésanges bleues

    L'orchidée a

    Le marronnier en fleurs.

    N'oubliez pas de cliquer sur les photos

    Quelques fleurs


    1 commentaire
  • "24 heures photo" chez Patricia 

    http://www.chemindetables.over-blog.com

     


    4 commentaires
  • Des tiges verticales non ramifiées portent au printemps de fin mars à mi-mai 3 bractées verticillées, bien découpées, et en leur centre une unique fleur, de 3 à 5 cm de diamètre. La fleur possède 6 à 9 tépales (sépales en forme de pétales) ovales blancs à l’intérieur, et rosés à l’extérieur. La fleur s’ouvre à la lumière et suit la direction du soleil. Elle se referme le soir, ou en cas de pluie, évitant de s’abimer avec l’eau en s’inclinant gracieusement sur le côté. Toutes les fleurs étant orientées de même manière, un tapis d’anémone des bois est particulièrement harmonieux.

    Le rhizome de l’anémone sylvie est charnu et cassant, il ne grandit que de quelques centimètres par an. Il court juste au-dessous de la surface de la terre. Après la floraison, il émet de nombreuses feuilles à trois folioles découpées légèrement velus.

     

    Anémone Sylvie

     

     

     

     


    6 commentaires
  • Un peu de soleil, beaucoup de vent et il fait très frisquet ... §

    Le ciel du mercredi 27 avril

    Le ciel du mercredi 27 avril

    Le ciel du mercredi 27 avril


    9 commentaires
  • Les grands arbres du parc boisé des Chartreux

    Un cerisier

    J'ai sali mon poitrail !

    La folie d'un canard qui s'est lavé pendant une heure, a couru sur l'eau !

    Je l'ai en vidéo mais ne sais pas la montrer sur Eklablog. Dommage !


    8 commentaires

  • 3 commentaires
  • Merci Béa pour tes bons conseils, je les ai suivis à la lettre et voici le résultat !

    Je suis trop contente !


    11 commentaires
  • Un repas partage avec des copains, dans une salle chauffée (très appréciable) puis une balade le long du Robec où nous avons vu divers moulins, grandes anciennes manufactures, un four à pain.

    Une animation avait été demandée ... Claudine et moi nous avons fait joué petits et grands !

    Le nom du ruisseau (hydronyme) est attesté au Moyen Âge sous les formes Rodobech vers 1020 et Rodhebec en 10243 et présente une homonymie avec Rødbæk au Danemark.

    L'appellatif toponymique bec, issu du vieux scandinave, est à l'origine du nom de nombreux cours d'eau, villages et villes de Normandie en -bec ou plus simplement le Bec (cf. Bolbec, Orbec, le [ou la] Sébec, le Bec-Hellouin, Foulbec, Houlbec, etc.5). 

     

    Le Robec prend sa source à Fontaine-sous-Préaux, petite commune située à l'est de l'agglomération rouennaise, concentrant les eaux de ruissellement provenant du plateau.

    Il s'écoule ensuite, selon une direction générale Nord / Sud, jusqu'à Darnétal dans une vallée présentant encore un caractère rural malgré une forte densification de l'habitat urbain. À partir de son entrée dans cette dernière commune, le cours d'eau pénètre dans une zone fortement urbanisée qui présentait autrefois une très forte concentration d'entreprises industrielles. Au niveau de la rue Charles Benner, les eaux du Robec se mêlent à celle d'autre petite rivière, l'Aubette.

    Au delà de cette confluence, le tracé devient complexe car même si les eaux sont mélangées, il subsiste deux lits ; le lit mineur, au sud, étant appelé Aubette, le lit majeur, au nord, Robec.

    Peu après, en aval, près du moulin de Saint-Paul, se situe un ancien système de partage des eaux dénommé le Choc où des vannages permettent un transfert des eaux des deux rivières. Passés, ce lieu, le Robec et l'Aubette reprennent chacun un cours spécifique, le premier nommé longe la rue des Petites-Eaux-du-Robec, pénètre à Rouen suivant un cours ancien et artificiel jusqu'à la place Saint-Hilaire. Au-delà de cette dernière, le Robec coule dans des canalisations souterraines en centre-ville de la métropole normande avant de se jeter dans la Seine, en face de l'île Lacroix, après un cours de 9,3 km.

    La rivière, partiellement recouverte en 1880, a été définitivement enterrée entre 1938 et 1941, c'est-à-dire canalisée et détournée dans des conduits enfouis sous terre. Cependant, un cours d'eau artificiel, actionné par un système de pompe et alimenté par l'eau de la ville, a été reconstitué rue Eau-de-Robec en surface de son cours traditionnel.

    La roue du moulin de la Pannevert

    ce moulin est le plus ancien des 18 qui ont été implantés sur le Robec, pour actionner selon leur destination, des meules à grains, des broyeurs d'écorces ou de racines comme la garance (pour le tannage), des machines à coudre. 

    Rénové suite à un incendie il y a deux ans, le Centre d'Histoire Sociale a su lui donner une seconde vie et organise tous les 1ers et 3èmes vendredi du mois, des ventes de pains et brioches ouvertes a tous.

    le 6 mai la prochaine fois !!!

    L'une des animations : envoi de lanterne volante céleste thaïlandaise en papier de riz, dans le ciel 

    en souvenir d'un fait marquant : ici, le ballon monté Armand Barbès de Gambetta fit une pause avant de repartir sur Nevers, c'était pendant la guerre de 1870.

    Sur la commune de Darnétal près de Rouen

     

    Pendant le siège de Paris, 663 ballons montés transportèrent 164 passagers (dont Gambetta), 381 pigeons, 5 chiens et plus de 2 millions de lettres, soit environ onze tonnes de courrier.

    Selon les vents dominants, et la nécessité de départs ne pouvant attendre des vents favorables, certains ballons arrivèrent en Norvège, en Allemagne ou tombèrent dans l'Atlantique (deux disparitions), mais la plupart atterrirent en province. Cinq des ballons seront capturés par l'ennemi.

    Notons que les ballons étaient la seule manière de communiquer avec la province, toutes les autres méthodes ayant échoué (piétons, bateaux, sous-marins, scaphandres, électricité, etc.).

    Le seul autre moyen qui ait fonctionné était le retour des pigeons voyageurs, qui transportaient des quantités importantes d'informations, grâce aux microfilms qu'ils emportaient. Malheureusement, beaucoup d'entre eux n'arrivèrent jamais.


    11 commentaires
  • Au jardin du cloître de l'ancienne chartreuse

    Le marronnier porte ses quelques bougies et la cabane est finie

    qui vient jouer avec moi ??? j'ai entre 6 et 7 ans ...

    Remarquez le beau ciel gris ! 8° en plus !


    3 commentaires
  • Au jardin des oiseaux en avril 2016

    Lui : dis, pourquoi tu ne veux pas faire un câlin dans le cerisier à côté (voir la 1ère photo)

    Elle (un peu chechotte)  : Il y a déjà des moineaux ... pas discrets !

     

    Au jardin des oiseaux en avril 2016


    6 commentaires
  • Cliquez sur l'image surtout !


    5 commentaires
  •  Les pélicans

    Les pandas roux

    Clères (suite et fin)


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires