• 9 commentaires

  • 5 commentaires
  • Gerberoy, un des « Plus beaux villages de France », se situe au centre d’un triangle formé par Beauvais, Rouen et Amiens au cœur de la Picardie. Culminant à 188 mètres la commune a reçu en 1202 le titre de « ville » décerné par le roi Philippe Auguste.

    Ses maisons du XVIIe et XVIIIe siècles, en bois et torchis ou briques et silex, font de Gerberoy un lieu de promenade unique. Au printemps et en été, les rosiers grimpants sur les façades transforment la commune en véritable roseraie.

    Et un passé glorieux et millénaire a su donner en héritage à Gerberoy quelques vestiges hors du temps :

    la Collégiale saint-Pierre, construite en 1015, brûlée en 1419, reconstruite de 1451 à 1468, avec son clocher érigé près d'un contre-fort de l'ancien donjon aujourd'hui disparu, ce dernier étant à l'époque la demeure du seigneur de Gerberoy ;

    les ruines de l'ancienne forteresse que le peintre Henri Le Sidaner a transformées en un magnifique jardin visible depuis la promenade des remparts ;

    les remparts, aujourd'hui agréable promenade bordée d'arbres, classée dés 1913 ;

    l'Hôtel de Ville du XVIIIe et le puits de la ville profond de 70 mètres ;

    et les vieilles rues pavées au charme de guingois et vice versa !

    En juillet 2016 ... pas de roses mais en juin 2017 il y en avait partout

    Gerberoy, plusieurs dates pour aller visiter ce village

     

    En 2018... ???

    3 juin

    90e anniversaire de la Fête des Roses

    8, 9 et 10 juin

    12e saison des Moments musicaux Philippe Cassard,

    Anne Gastinel,

    le Quatuor Arod,

    Adam Laloum...

    14 juillet

    Passage du

    Tour de France DANS Gerberoy et feu d'artifice

     


    9 commentaires
  • on


    10 commentaires
  • Au coeur d'Amiens, irrigués par les rivières Somme et Avre, les Hortillonnages s'étendent sur 300 hectares dans 4 communes dont Amiens.

    Les hortillonnages sont des parcelles de terre, les Aires entre-coupées de canaux : les rieux et les fossés. Les rieux navigables en barque à fond plat (les barques à cornet, noires, longues de 9 à 10 mètres et large en leur milieu avec le bout relevé spécialement conçu pour pénétrer sur les aires sans détériorer les berges), servent à la circulation dans le site et sont grevés d'une servitude de droit public.

    Les fossés sont purement privés et donc inaccessibles. 

    Je suis allée faire une promenade dans une barque à cornets (la présidente avait loué 4 barques de 12 personnes et un batelier pour 45 minutes). Nous avons vu des canards colverts, des poules d'eau, un grèbe huppé, des foulques macroules qui couvaient (un écusson frontal blanc pur au dessus de son bec), des poules d'eau, des grenouilles mais aussi un cygne et des fleurs de toutes sortes.

    un majestueux cygne blanc arrivait par la gauche de la barque et nous regardait un peu intrigué mais non agressif.

    des fleurs (tulipes, muguet, ancolies, ail des ours, jacinthes des bois ...),

    des échalotes, des poireaux ...

    Une superbe balade sans pluie ! J'ai fait de la barque dans le marais poitevin, dans la Grande Brière, dans les hortillonnages ... Je préfère la première balade parce que la barque n'avait pas de moteur.

    J'ai pris peu de photos parce que les personnes ne désiraient pas être sur mon blog ! Je respecte.

    J'ai écouté le batelier qui avait un commentaire fort intéressant et j'ai regardé partout !!!

    N'hésitez pas à cliquer une ou deux fois sur les photos pour les agrandir !

    Les photos ont été prises par mes soins sauf les oiseaux qui étaient sur internet

    Le batelier a fait une photo de groupe avec mon APN.

     

    Les hortillonnages d'Amiens (Somme)

     

     


    3 commentaires
  •  

    Le lac du Der-Chantecoq ou lac-réservoir Marne est un lac du nord-est de la France. Il est situé dans la région Grand Est, à la limite des départements de la Marne et de la Haute-Marne


    5 commentaires
  • Voilà, je suis allée à Nausicaà et j'ai trouvé çà grandiose ! Le plan distribué à l'entrée avec le billet d'entrée est très compliqué ! Dommage ! Nous étions 52 et beaucoup de personnes ont paniqué dans les couloirs bleutés ou noirs.

    Nous avons fait la visite complète à une dizaine parce que nous étions tenaces à retrouver les ascenseurs dans le parcours "à mobilité réduite et poussettes".

    Dehors il faisait très très chaud ... nous étions des privilégiés à l'intérieur.

    Mon fils a visité cet endroit en 1993, il avait 14 ans, je me souviens que le tunnel sous la Manche n'était pas encore ouvert.

    Le site Nausicaà a 25 ans !

    Le site Nausicaà a 25 ans !

    Le site Nausicaà a 25 ans !

    J'ai pris très peu de photos (occupée à rassembler les vieilles dames) et j'avoue avoir visité d'autres aquariums plus beaux à mon goût : Brest, St Malo, La Rochelle, Biarritz, 

     


    7 commentaires
  •  Ces photos sont prises sur Internet, mercredi vous aurez quelques photos prises par moi !

     

     


    7 commentaires
  • Je devais emmener mes amies de l'association Rondeurs En Plus ... demain dans ce joli village. Or il pleut, il pleut et les pavés sont trop glissants ! Une autre fois !

     

    Gerberoy comme si on y était !


    6 commentaires
  • Nevers (suite et fin)

    Le 4 juillet 1866 au matin, Bernadette disait au revoir à Lourdes, elle quittait "sa chère grotte".

    A quelques pas de la chapelle où se trouve la châsse de Sainte-Bernadette, une réplique de la grotte de Massabielle, lieu des 18 apparitions à Lourdes

    Nevers (suite et fin)

    Elle est née le 7 janvier 1844 à Lourdes, est décédée le 16 avril 1879

    Le derrière de la chapelle où repose désormais Bernadette dans une châsse en verre

    Les jardins

    Cet arbre a été abattu, il menaçait de détruire la chapelle St Joseph

    Le gîte Saint Michel où nous avons dormi

    Notre Dame des Eaux, Bernadette la préférait à la statue de la vierge qui ne ressemblait pas du tout à la dame qu'elle avait vue lors des 18 apparitions en l'année 1858 (du 11 février au 16 juillet).

    Notre Dame des Eaux ressemblait fortement "à l'aquero" comme elle nommait la dame.

    Salle où Bernadette raconta son histoire pour la dernière fois, le 8 juillet 1866, à ses soeurs et supérieure

    Elle était venue à Nevers pour fuir sa notoriété. Elle ne retourna jamais à Lourdes, ne revit pas ses parents.


    6 commentaires
  • L’histoire de la commande des vitraux de la cathédrale de Nevers s’étend sur une longue période de plusieurs décennies.

    En effet c’est en 1960 que le projet de restauration des vitraux est évoqué pour la première fois.

    Les premiers vitraux de Raoul Ubac sont réalisés entre 1977 et 1983. D’autres artistes ont participé à ce projet d’envergure : François Rouan, Claude Viallat, Gottfried Honneger et Jean-Michel Alberola.

    J'ai reconnu ceux faits par Raoul UBAC parce que, dans la jolie église de Varengeville-sur-mer en Normandie, il y a un vitrail bleu le caractérisant.

    Cette horloge ne comporte qu'une seule aiguille car au 16ème siècle,

    l'aiguille des minutes n'existait pas

    surmontée de 2 jacquemards sonnant les heures : un chevalier et St Michel

     

    Je regrette beaucoup avoir visité cette cathédrale, au pas de course, elle était si intéressante. Il faut dire que j'étais venue à Nevers pour l'histoire de Bernadette Soubirous et j'ai subi de "la bondieuserie". 

     


    6 commentaires
  • Jean-Baptiste Delaveyne, fondateur de la Congrégation des Sœurs de la Charité de Nevers est né à Saint-Saulge, en plein cœur du Nivernais. Il y a fondé la congrégation en 1680. À cette époque, les guerres de Louis XIV engendraient une grande misère dans cette région rurale par les lourds impôts et l’entretien des troupes qui séjournaient dans le pays.

    L’appel du fondateur :

    «N’ayez point d’autres affaires que celles de la Charité n’ayez point d’autres intérêts que ceux des malheureux” oriente la vie des Sœurs de la Charité de Nevers depuis l’origine.

    Envoyées dans les lieux du monde et de l’histoire marqués par la pauvreté et l’exclusion, elles vivent en petites communautés, au milieu des défavorisés. Avec eux, elles se risquent dans des choix, pour défendre ces droits fondamentaux que sont l’instruction, la santé, le logement, le travail…

    En 1866, Bernadette Soubirous franchit le seuil de la maison mère des Sœurs de la Charité de Nevers. Elle y restera 13 ans. 

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique