• Gerberoy, un des « Plus beaux villages de France », se situe au centre d’un triangle formé par Beauvais, Rouen et Amiens au cœur de la Picardie. Culminant à 188 mètres la commune a reçu en 1202 le titre de « ville » décerné par le roi Philippe Auguste.

    Ses maisons du XVIIe et XVIIIe siècles, en bois et torchis ou briques et silex, font de Gerberoy un lieu de promenade unique. Au printemps et en été, les rosiers grimpants sur les façades transforment la commune en véritable roseraie.

    Et un passé glorieux et millénaire a su donner en héritage à Gerberoy quelques vestiges hors du temps :

    la Collégiale saint-Pierre, construite en 1015, brûlée en 1419, reconstruite de 1451 à 1468, avec son clocher érigé près d'un contre-fort de l'ancien donjon aujourd'hui disparu, ce dernier étant à l'époque la demeure du seigneur de Gerberoy ;

    les ruines de l'ancienne forteresse que le peintre Henri Le Sidaner a transformées en un magnifique jardin visible depuis la promenade des remparts ;

    les remparts, aujourd'hui agréable promenade bordée d'arbres, classée dés 1913 ;

    l'Hôtel de Ville du XVIIIe et le puits de la ville profond de 70 mètres ;

    et les vieilles rues pavées au charme de guingois et vice versa !

    En juillet 2016 ... pas de roses mais en juin 2017 il y en avait partout

    Gerberoy, plusieurs dates pour aller visiter ce village

     

    En 2018... ???

    3 juin

    90e anniversaire de la Fête des Roses

    8, 9 et 10 juin

    12e saison des Moments musicaux Philippe Cassard,

    Anne Gastinel,

    le Quatuor Arod,

    Adam Laloum...

    14 juillet

    Passage du

    Tour de France DANS Gerberoy et feu d'artifice

     


    9 commentaires
  • La photo préférée d'Anika

    La photo préférée d'Anika

     


    6 commentaires
  • "24 heures photo" chez Patricia 

    http://www.chemindetables.over-blog.com

     

    Voilà une semaine, je suis confinée chez moi avec une bronchite et je m'aperçois que le printemps s'installe. Les oiseaux sont très affairés aussi.


    9 commentaires
  • Yves KLEIN

    Yves Klein naît le 28 avril 1928 à Nice, de parents tous deux artistes. Son père, Fred Klein, est un peintre figuratif qui expose dès le début des années trente, et sa mère, Marie Raymond, peintre abstrait géométrique, est largement reconnue à partir de 1945. Cet environnement le familiarise très tôt avec le milieu artistique, mais Yves Klein s’oriente tout d’abord vers une autre carrière.

     

    S’il peint spontanément depuis son adolescence, c’est en subordonnant la peinture à d’autres activités. 

    Yves Klein découvre en 1947 la mystique des Rose-Croix. Les monochromes qu’il peint deviennent, pour lui, des objets de culte. Il lit régulièrement la Cosmogonie, texte fondateur de l’ordre de Max Heindel. Cet ouvrage enseigne la connaissance par l’imagination, considérée comme la plus puissante des facultés humaines. Aussi, lorsqu’en 1958, Klein lit L’Air et les Songes, du philosophe Gaston Bachelard, il y décèle un écho à sa propre pensée.

    C’est à partir de 1955 que Klein présente ses travaux dans un cadre artistique : il expose au Club des solitaires de Paris des monochromes de différentes couleurs, sous le titre Yves, peintures. Il y rencontre le critique d’art Pierre Restany avec lequel il collaborera toute sa vie : sa carrière de peintre est lancée.

    En 1957, il entame son "époque bleue", choix de couleur confirmé par son voyage à Assise où il découvre les ciels de Giotto. Il reconnaît en lui le véritable précurseur de la monochromie bleue qu’il pratique : uniforme et spirituelle. Klein met radicalement en œuvre cette monochromie bleue qu’il perçoit chez Giotto, notamment grâce à la texture si particulière de sa peinture qui fait l’objet d’une formule originale, validée en 1960 par l’Institut National de la Propriété industrielle : cette peinture est ce qu’il appelle l’IKB (International Klein Blue). Dès lors artiste de renommée mondiale, il participe à la fondation du Nouveau Réalisme avec notamment Restany et Arman, tout en poursuivant ses recherches personnelles.

     

    Mais les monochromes bleus ne sont qu’un aspect de son travail qui se déploie à travers différentes techniques. A partir de 1960, Klein utilise l’or, le feu, et met en place des œuvres rassemblant une trilogie de couleurs bleue, or et rose. En 1961, il réalise un ex-voto en forme de triptyque qu’il dédie à Sainte Rita ; il organise la même année une exposition en Allemagne, à Krefeld, où il répartit les trois couleurs dans l’espace ; il les utilise pour les faire-part de son mariage avec Rotraut Uecker en janvier 1962 qu’il métamorphose ainsi en œuvre d’art.

     

    Il meurt d’une crise cardiaque en juin 1962.

     


    11 commentaires
  • Rendez vous REFLETS du :

    5 avril 2018  

    géré par Annie http://instantsdevie54.canalblog.com

    Reflets du 1er avril géré par Annie

    Mon ombre sur une fontaine de Rouen

     

    Milfontaines - http://milfontaines.eklablog.com

     

     


    13 commentaires
  • sans s'occuper du soleil qui est en vacances, il continue sa floraison


    4 commentaires
  • La photo préférée d'Anika

     Je te souhaite plein de participants !

    La photo préférée d'Anika

     

    C'est un arbre que j'ai photographié dans un ancien couvent près

    de la fontaine Jean Baptiste de la Salle

    et de l'église St Clément (Rouen rive gauche)


    6 commentaires
  • Blog

     

     


    6 commentaires
  • De mon fauteuil, ce dimanche de Pâques, j'aperçois mes géraniums qui fleurissent et d'un seul coup je vois quelque chose sur la jardinière ...

    Tuit, tuit, Tuit ... je n'en crois pas mes oreilles, Augustine est là et réclame à manger.

    Ah ! te voilà coquine ! je t'ai préparé à manger tout l'hiver et tu n'es pas venue ! Je n'ai pas vue non plus Agathe la mésange charbonnière ni les chenapans de moineaux.

    Il y avait du bruit dans ton quartier et çà faisait trop peur ! Et puis, je ne vais plus dans le petit arbre que tu aimes tant, les 2 matous nous surveillent pour nous croquer.

    Sur ce, elle est allée dans l'écuelle où j'avais mis de l'eau et dans l'autre une boule de graisse émiettée. En filet, c'est trop dangereux pour leurs petites pattes.

    Elle s'est envolée vers l'arbre en face qui commence à avoir des feuilles et est revenue vers 19 heures comme elle faisait avant.

    j'ai emprunté cette photo à Internet. Augustine avait l'air aussi interrogateur

     

     


    11 commentaires
  • Pour tous ceux qui s'arrêtent à la fontaine

    Joyeuses Pâques à tous, à toutes


    6 commentaires
  • Je suis malade depuis hier ! Un coup de froid ...

    Pour me rendre à un après-midi crêpes, beignets, danses ...

    J'ai attendu un car pendant une demi heure dans le vent, les giboulées mardi

    et voilà le résultat !!!


    10 commentaires
  • Pierre GODET  un peintre rouennais


    13 commentaires