• BILAN DE LA CROISIERE

    Je trouve que çà vaut le coup de vivre cette expérience 8 ou 12 jours comme moi. S'endormir dans une ville et se réveiller dans une autre c'est magique. Seul au monde sur cette immensité d'eau : pas de navire à l'horizon ou qui nous croise, pas d'oiseau, pas de terre non plus ! Les couleurs de la mer, les couchers de soleil, les levers aussi !

    Le bateau a parcouru 3630 miles ! De Marseille à Lanzarote il en a fait 1306, de Funchal (île de Madère) à Malaga : 672, de Malaga en Italie : 844 etc ...

    Nous avons passé deux fois le méridien de Greenwich et avons dû changer l'heure à notre montre.

    Les mouvements du port quand il arrive, quand il accoste, l'arrivée du bateau pilote m'ont beaucoup intéressée.

    Si j'en refaisais une autre, je prendrais uniquement les navettes conduisant en ville (mais pas d'excursions ni de taxis) et mon temps pour visiter.

    Voilà, je vous présente une dernière fois le bateau ... de nuit.

    j'étais au pont n° 2 à la poupe du navire sous la dernière chaloupe (qui entre parenthèses peut accueillir 130 personnes)

    Au revoir au bateau de croisière

    Au revoir au bateau de croisière

    Au revoir au bateau de croisière

     

    Au revoir au bateau de croisière

    Au revoir au bateau de croisière

    Au revoir au bateau de croisière

    Les navettes et les jeeps qui attendent - je photographie du 9 ième pont

    Au revoir au bateau de croisière

    Au revoir au bateau de croisière

     

    des navires rencontrés dans les ports et la mer

     


    4 commentaires
  • Malaga fut fondée par les Phéniciens au viiie siècle av. J.-C. sous le nom de Malakka au pied de la colline du Gibralfaro.  

    En 573 av. J.-C., la ville passe sous le contrôle des Carthaginois et le reste jusqu'en -219 où elle devient romaine à la suite des guerres puniques. La ville se développe, notamment grâce à son port. Sous Auguste, premier empereur romain, elle se dote d'un théâtre. La ville est connue pour ses exportations de garum vers Rome.

     Avec la décadence de Rome, Malaca est prise par les Vandales du roi Gondéric (vers 411 apr. J.-C.), puis par les Wisigoths du roi Wallia (vers 416).

     Au vie siècle, la ville est reconquise par l'empereur byzantin Justinien, vainqueur du roi wisigoth Agila Ier (551), puis reprise par les Wisigoths du roi Sisebut en 615.

    L'Alcazaba

    Prise une première fois en 716 par les Arabes, la ville est définitivement conquise en 743 et annexée à l'Émirat de Cordoue en 755. (en arabe : مالقة Mālaqah)

     En 858, Malaga est pillée par le chef viking Hasting.

     La période musulmane favorise le développement de la ville et de ses campagnes, grâce à l'amélioration de l'irrigation ébauchée par les Romains. Les forteresses de l'Alcazaba (à partir du xie siècle) et du Gibralfaro (xive siècle) sont construites.

    L'Alcazaba de Malaga fut construite sur les vestiges d'une forteresse romaine par la Taifa des Hammudites vers le xie siècle sous le règne de Badis ben Habus. Cette dernière protégeait la province de Grenade convoitée par les chrétiens. En plus de son rôle défensif, l'Alcazaba fut la résidence du gouverneur de la ville à l'époque musulmane1. À la suite de la prise de Malaga par les Rois catholiques en 1487, plusieurs rois y habiteront comme Philippe IV ou encore Charles III d'Espagne.

     

    Architecture

    L'Alcazaba de Malaga est construite sur une colline surplombant la ville et offre une vue sur la mer et sur l'actuel port. Elle fut autrefois reliée aux remparts de la ville aujourd'hui disparus. Ces derniers formaient une troisième paroi autour d'elle. L'enceinte est alignée de 30 tours barlongues et 20 portes fortifiées dans la pure tradition de l'architecture arabo-musulmane d'Occident.

     

    Les ruines du Théâtre romain datant du ier siècle apr. J.-C. furent utilisées par les Maures pour la construction de l'Alcazaba. Selon l'architecte restaurateur Leopoldo Torres Balbás, l'Alcazaba de Malaga est le modèle de l'architecture militaire de la période Taifa, avec ses doubles parois et ses nombreuses fortifications. Son seul parallèle est le Krak des Chevaliers en Syrie2. L'Alcazaba est aujourd'hui parmi les forteresses de l'Espagne musulmane les mieux préservées.

    L'entrée se fait depuis la "Puerta de la Bóveda" (la Porte de la Voute) bien qu'un ascenseur fut aménagé dans la calle Guillén Sotelo pour faciliter le passage. L'enceinte interne n'est accessible que par la Puerta de los Cuartos de Granada (Porte des quartiers de Grenade) qui protège l'aile ouest du palais. La brique et la pierre dominent sur les façades de l'enceinte. Des voies tortueuses jalonnées de fontaines se croisent dans des jardins de topiaire. Ces derniers, à travers la Puerta de las Columnas (Porte des Colonnes)N 1, permettent l’accès aux appartements du gouverneur. Autour des patios rectangulaires, dont le Patio de Armas (Cour d’Armes), se dressent de grandes salles aux plafonds en bois sculpté et aux murs ornés de stuc. À l'est se trouve la Torre del Homenaje (Tour de l'Hommage) semi en ruine où les rois Ferdinand et Isabelle père et fondateur dressèrent leur étendard après avoir assiégé Malaga en 1487.

     

    Les forteresses de l'Alcazaba à Malaga

    Les forteresses de l'Alcazaba à Malaga

    Les forteresses de l'Alcazaba à Malaga


    6 commentaires
  • Nous sommes le jeudi 28 septembre 2017 et nous sommes en Méditerranée. Nous avons avancé nos montres d'une heure !

    Dans ce palmier beaucoup de perroquets youyou comme ceux présentés ci-dessous

    Malaga

     Malaga

    une manifestation de pompiers


    11 commentaires
  • Fait pittoresque : quand le bateau de croisière a passé Gibraltar pour se rendre aux Canaries, nous avons dû retarder nos pendules d'une heure. Nous étions sous le méridien de Greenwich. C'était le dimanche 24 septembre 2017 (première escale, il fait 28°)

     

     

    Le méridien de Greenwich est un premier méridien, c’est-à-dire un méridien où la longitude est définie comme égale à 0°. Il passe à travers l'Observatoire royal de Greenwich, à Greenwich (banlieue de Londres), au Royaume-Uni. Il rencontre le continent européen à Villers-sur-mer où un musée, le Paléospace l'Odyssée en propose l'interprétation. Avec le 180e méridien qui lui est directement opposé, il définit les hémisphères est et ouest.

     

    À la différence des parallèles qui sont définis par l'axe de rotation de la Terre, le choix du méridien de Greenwich comme premier méridien est arbitraire et d'autres méridiens furent utilisés au cours de l'histoire (comme le méridien de Paris, par exemple).

    Le méridien de Greenwich fut adopté comme standard international en octobre 1884 à la conférence internationale du méridien de Washington (en contrepartie, les Britanniques se sont engagés à adopter le système métrique 3). Le système géodésique mondial actuel, dit WGS 84, utilise le méridien de référence de l'IERS, avec une longitude 0° située 102,5 m à l'est du méridien de Greenwich. La raison de ce décalage tient au fait que les scientifiques de l'époque n'ont pas pris en considération dans leurs calculs la déviation de la verticale causée par les distorsions locales de la gravité. Le télescope pointé vers l'espace n'était donc pas parfaitement perpendiculaire au moment du calcul des coordonnées du méridien. L'erreur avait été pointée par un satellite dès 1984, mais le méridien n'a jamais été officiellement déplacé.

     

     

    Lanzarote, autrefois appelée en français Lancerotte, est une île d'Espagne située dans l'océan Atlantique et faisant partie des îles Canaries. Administrativement, l'île fait partie de la province de Las Palmas dans la communauté autonome des îles Canaries. Peuplée de 142 517 habitants, elle est la troisième plus peuplée des îles Canaries après Tenerife et Grande Canarie2. Couvrant une superficie de 845,94 km2, elle est la quatrième plus grande île de l'archipel. Arrecife est le siège du cabildo insulaire.

     

    Depuis 1993, l'île est reconnue réserve de biosphère par l'Unesco. Dans le centre-ouest de l'île se trouve le parc national de Timanfaya, l'une des principales attractions de l'île.


    5 commentaires
  •  

     

    Tarif 10 € aller, 15 € A/R . demi tarif pour les enfants. 

    de 09h30 à 17h45 

    En général on ne prend que l'aller, et on redescend soit en Carretyas ( paniers en osier), soit à pied à travers les ruelles pittoresques de la ville.

     

     

    Attention les rues sont très pentues et les genoux trinquent, prenez votre temps. 

     

    Ces photos ont été prises sur Internet


    10 commentaires
  • La photo préférée des vacances

     

    Le jardin exotique de Funchal (île de Madère)

    Madère est un archipel du Portugal composé de l'île du même nom et de plusieurs autres petites îles, situé dans l'océan Atlantique, à 973 km de Lisbonne et à 661 kilomètres à l'ouest-nord-ouest des côtes de la province d'Essaouira au Maroc.


    10 commentaires
  • Si je devais refaire cette croisière, je ne ferais aucune excursion programmée.

    Je prendrais une navette pour me rendre à la ville (environ 6, 50 € aller et retour) ! A Lanzarote, je n'ai pas pu prendre le petit train pour visiter la ville, à Funchal je suis allée au marché en coup de vent  et à Malaga j'aurai pu prendre une calèche qui nous emmenait au coeur de la ville.

    Les excursions proposées par le bateau c'est de l'arnaque, trop chronométrées. On ne voit rien ! 

    Je n'ai pas de photos comme je l'espérais ni acheter de produits artisanaux comme je désirais rapporter.

    Coup de gueule à Funchal

    Beaucoup de "made in China" et si vous ne parlez pas anglais, espagnol ou portugais, vous vous faîtes avoir

    Coup de gueule à Funchal

    Je répète que la croisière était superbe !

    Coup de gueule à Funchal

    Les navettes qui arrivent près du bateau (photo prise du 9ème pont)

     

    Coup de gueule à Funchal

    Le guide se demande ce que c'est ?

    je n'ai pas vu le marché aux poissons, les bijoux, les confitures de cactus etc ...

    20 minutes sur place !!! et la foule ...


    9 commentaires
  •  La chapelle du navire de croisière : Costa Magica

     

     

    La chapelle du navire de croisière : Costa Magica


    8 commentaires
  • deux séances de spectacle par soir au théâtre urbain : acrobates, danses, ténor, flamenco, ventriloque etc ...

    Le théâtre urbain du navire

    Le théâtre urbain du navire


    7 commentaires
  • Compagnie: Costa croisières

    Date d'entrée en service: 2004

    Date de rénovation: 0

    Dimension: 35m x 272m

    Tonnage: 102587 tonnes

    Cabines: 1358

    Capacité: 3470 passagers

    Equipage: 1068 membres

    Nombre de ponts: 17

    Vitesse de croisière: 20 nœuds soit 37, 04 km par heure

    Langues parlées à bord: Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien

    Assistance en: Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien

    Destinations: Caraïbes Antilles, Méditerranée, Transatlantique, Europe du Nord,

     

    Décoré avec goût pour rendre les ponts les plus somptueux possible, le Costa Magica fera de votre croisière un véritable moment magique. A bord, ce sont de nombreux équipements dédiés aux loisirs qui raviront les passagers. 6 piscines à hydromassage, sauna, hammam, gymnase pour un moment bien-être, théâtre, discothèque, bibliothèque, casino pour se divertir. Et avant de se restaurer dans l'un des 4 restaurants, 11 bars permettent de se détendre en prenant une collation.

    Le Costa Magica

    Sur ce bateau de croisière, j'ai partagé ma chambre avec une copine pendant 12 jours.

    Une cabine extérieure vue sur mer avec fenêtre de 2 à 4 places : TV satellitaire, air conditionné, mini bar, coffre-fort, sèche-cheveux, téléphone, salle de bain avec douche. 18m²

    Le Costa Magica

    Le Costa Magica

    Le Costa Magica


    3 commentaires
  • Le marché de Funchal

    Seulement l'avant !!! il fait 272, 19 mètres ...

    J'ai fait un rêve éveillé ! Tout est magnifique mais très fatigant je vous raconterai ...

    Je suis rentrée le 2 octobre. 

     

    Le bateau à quai ! Le Costa Magica

    Photo vendue sur le navire

     


    5 commentaires
  •  

    Bijou de Lanzarote : première escale

     

    PÉRIDOT, OLIVINE OU CHRYSOLITE : UNE PIERRE POUR DES BIJOUX MAGNIFIQUES

     

    Péridot, olivine ou chrysolite, quelle est son histoire ?

    Trois mots pour désigner cette pierre connue et appréciée dès l’Antiquité.

    De très nombreuses découvertes lors de fouilles archéologiques en font état.

    L’olivine serti dans un anneau inspirait courage et était porteuse de richesse.

    Le terme Olivine provient de la couleur vert olive tandis que la dénomination Chrysolite vient du grec « krysolithos » signifiant « pierre d’or ».

    Pour le mot Péridot, il est possible qu’il provienne de l’arabe « faridat » traduit par « pierre précieuse ».

    En joaillerie on parle de péridot, en minéralogie on utilise plutôt l’olivine et le mot chrysolite est tombé en désuétude .

    Ce sont les Croisés qui firent connaître le péridot en Europe. Souvent nommé l’émeraude des croisées, le péridot est très employé au Moyen Age pour réhausser les ornements religieux et objets de culte.

    Ce fût la pierre la plus appréciée de l’époque baroque mais avec le retour des conquistadors d’Amérique et leurs émeraudes, le péridot perdit de son attrait.

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique