• La Normandie

    La Haute-Normandie comprend deux département : La Seine-Maritime (76) et l'Eure (27)

    La Basse-Normandie comprend trois départements : le Calvados (14), l'Orne (61), la Manche (50)

  • "24 heures photo" chez Patricia 

    http://www.chemindetables.over-blog.com

     

     

    La halle de Routot (département de l'Eure) date du XVIII ème siècle. Auparavant entièrement fermée, elle sert aujourd'hui à de nombreux événements. Et sert même de patinoire, pendant l'hiver. 

    Des halles normandes

    Des halles normandes

    Les deux petites photos ne sont pas de moi

     

     

    Du glorieux passé de Routot, marché de bestiaux important dès le XIV ème siècle, il reste les piliers et le toît de la Halle centrale, sous lesquels se déroule depuis quatre ans cette " vente aux enchères" organisée par l'Association des Éleveurs de Bovins de Race Normande.

     En ce début du mois d'août 2017, 14 génisses provenant de deux exploitations sont proposées à des prix allant de 1 200 € et 1 500 €. "J'arrive à l'âge de la retraite et je dois arrêter", explique Christian Leclert, éleveur à Beaumont-le-Hareng (Seine-Maritime). Il propose 10 génisses, la plupart âgées de 3 ans et prêtes à vêler. "Malheureusement, il n'y a pas de jeunes pour continuer, donc je viens pour trouver des acheteurs".


    7 commentaires
  • Une amie m'a offert un beau livre 

    Le photographe Jérôme Houyvet  livre sa vision de la presqu’île du Cotentin.

     La presqu’île possède une personnalité si singulière, qu'elle ne peut laisser quiconque indifférent. Ni celui qui la découvre pour la première fois, ni celui qui l'aime depuis toujours. Ses 350 kilomètres de littoral lui dessinent une silhouette élégante, balayée par les vents, dorée par les dunes et les plages de sable fin.

    Un beau cadeau : un livre

    Jérôme Houyvet aime sa Normandie et celle-ci le lui rend bien. Pour cet ouvrage, l'arrière saison a eu la bonne idée de prolonger un été indien offrant des lumières et des palettes de couleurs inespérées ... Alors le photographe en a profité. Il a survolé et exploré, encore et encore, côté mer et côté terre, cette presqu'île du Cotentin, sauvage et préservée, qu'il affectionne tant. Résultat ! Des centaines de photos, toutes plus belles les unes que les autres, qui ont rendu l'exercice de la sélection plus difficile que jamais.

     

     Le livre est accompagné de textes. Des textes de Stéphanie Montagne­-Grésille qui aime lorsque « les mots entre eux composent une sorte de mélodie simple et fluide ». Le travail de Jérôme Houyvet répond parfaitement à son irrésistible envie d'écrire, surtout lorsque le voyage photographique l'emmène au-dessus de la Presqu'île du Cotentin, sa terre natale. 


    13 commentaires
  • Table de réveillon

    Nous n'étions que 3 ... il y a des réveillons comme çà ! J'ai régalé mes invités et nous nous sommes couchés qu'à 2 heures 30 après avoir parlé vacances, vacances, vacances.


    8 commentaires
  •  

    Dernières courses ce matin ... j'ai oublié le pain, des tomates cerise ...

    Je vais essayer de ne pas m'envoler !

    Puis ensuite, je commencerai la popote, la décoration de la table

    à l'année prochaine,

     

     


    7 commentaires
  • Récemment, le 6 septembre nous avons fêté une dame centenaire (une ancienne voisine)

    Je lui ai offert des ... roses

     

    Les 100 ans d'Antoinette

    et voici le gâteau !


    7 commentaires
  • Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

     Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

     

    N'ayez pas peur ... dîtes moi seulement quelle photo vous préférez ?

     


    7 commentaires

  • 5 commentaires
  •  Photographie de Milfontaines mais pas la roue

     

    Le Cailly est une rivière de Seine-Maritime, affluent de la Seine dans laquelle elle se jette à Rouen. Cours d'eau au débit régulier, le Cailly traverse deux zones tout à fait distinctes ; dans la partie amont, un espace peu urbanisé dominé par les activités agricoles, dans la partie aval, entre Malaunay et son embouchure, un ensemble totalement urbanisé, véritable rue d'agglomérations à vocation industrielle.

     

    La rivière a vu se développer, sur ses rives, à partir de la fin du xviiie siècle, une puissante industrie textile utilisant la force motrice de ses eaux. Véritable couloir d'usines, de filatures, d'ateliers de teinturerie, le cours inférieur du Cailly fut surnommé, au xixe siècle, la petite vallée de Manchester. Si, aujourd'hui, l'immense majorité de ces entreprises ont fermé, l'activité textile a marqué la vallée et des vestiges de ce patrimoine industriel peuvent être encore visibles, certains ont été préservés dans le cadre de musées comme celui de la Corderie Vallois à Notre-Dame-de-Bondeville.

     

    Le Cailly alimente la roue hydraulique

     


    5 commentaires
  •  

    Les photos ont été prises sur Internet

    L'histoire de la corderie est étroitement liée à la vallée du Cailly qui a façonné le paysage économique de la région.

     

    L’industrie cotonnière s’y est installée dès le 18e siècle. Elle y bénéficiait de la présence de nombreux ports fluviaux et maritimes, dont celui de Rouen, véritables plates-formes commerciales pour les professionnels du textile.

     

    Au début du 18e siècle, la vallée se distingue déjà par ses activités. A partir de 1701, la demande de cotonnades devient si intense que les marchands et fabricants rouennais organisent la production en zone rurale, avec l'aide de la main d'œuvre campagnarde. Le nombre de travailleurs ruraux vivant du filage, de l'ourdissage et du tissage des cotonnades passe de 20 000 en 1730 à 100 000 à la fin du siècle.

    L’histoire du musée industriel de la Corderie Vallois remonte au 18e siècle. A l'origine, Jean Toussaint, un marchand de Darnétal, exploitait depuis 1759 un moulin à papier datant du 16e siècle.

     

    Achetée en 1819 par Charles-Désiré Fouquet, teinturier blanchisseur à Bapeaume, la propriété est modifiée dès 1821 par sa veuve, Marie-Rose Fouquet-Cuit, qui entreprend de lourds travaux. Un bâtiment de quatre étages à pans de bois, de 17,50 mètres de côté, est ainsi édifié le long de la rivière.

     

    En 1825, par ordonnance du roi Charles X en date du 18 janvier, l’autorisation lui est donnée de convertir en « moulin à coton » l’ancien moulin à papier. Les structures hydrauliques du moulin sont alors modifiées avec l'installation d'une roue géante d'un diamètre de 7,30 mètres et d'une largeur de 3,90 mètres.

     

    Le 9 août 1836, l'usine est rachetée par Edouard-Henri Rondeaux, indienneur à Bolbec. Après une reconversion temporaire en filature de laine, durant la crise cotonnière des années 1860, l'usine est transformée en corderie mécanique en 1880 par Jules Vallois, cordier à Saint Martin du Vivier.

     

    Elle fonctionnera jusqu’en 1978, date de sa fermeture.


    3 commentaires
  • Clères

    cliquez sur la photo pour voir BB. Depuis de longues minutes nous voyons la scène : la paonne surveillait étroitement son petit, lui montrait quoi manger puis elle a décidé de traverser avec mille précautions

    Clères

     

    Clères

     

    Clères

     Vite, vite en file indienne nous allons manger, il est 16 heures !

    Clères


    5 commentaires
  • La scabieuse

    La scabieuse


    7 commentaires
  • Les photos ci-dessous appartiennent à un copain JClaude. Il m'a photographié les pièces où je ne suis pas allée ainsi que l'entrée du château sans douves

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

     

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique