• La Normandie

    La Haute-Normandie comprend deux département : La Seine-Maritime (76) et l'Eure (27)

    La Basse-Normandie comprend trois départements : le Calvados (14), l'Orne (61), la Manche (50)

  • Récemment, le 6 septembre nous avons fêté une dame centenaire (une ancienne voisine)

    Je lui ai offert des ... roses

     

    Les 100 ans d'Antoinette

    et voici le gâteau !


    7 commentaires
  • Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

     Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

    Pêle-mêle du parc zoologique de Clères

     

    N'ayez pas peur ... dîtes moi seulement quelle photo vous préférez ?

     


    7 commentaires

  • 5 commentaires
  •  Photographie de Milfontaines mais pas la roue

     

    Le Cailly est une rivière de Seine-Maritime, affluent de la Seine dans laquelle elle se jette à Rouen. Cours d'eau au débit régulier, le Cailly traverse deux zones tout à fait distinctes ; dans la partie amont, un espace peu urbanisé dominé par les activités agricoles, dans la partie aval, entre Malaunay et son embouchure, un ensemble totalement urbanisé, véritable rue d'agglomérations à vocation industrielle.

     

    La rivière a vu se développer, sur ses rives, à partir de la fin du xviiie siècle, une puissante industrie textile utilisant la force motrice de ses eaux. Véritable couloir d'usines, de filatures, d'ateliers de teinturerie, le cours inférieur du Cailly fut surnommé, au xixe siècle, la petite vallée de Manchester. Si, aujourd'hui, l'immense majorité de ces entreprises ont fermé, l'activité textile a marqué la vallée et des vestiges de ce patrimoine industriel peuvent être encore visibles, certains ont été préservés dans le cadre de musées comme celui de la Corderie Vallois à Notre-Dame-de-Bondeville.

     

    Le Cailly alimente la roue hydraulique

     


    5 commentaires
  •  

    Les photos ont été prises sur Internet

    L'histoire de la corderie est étroitement liée à la vallée du Cailly qui a façonné le paysage économique de la région.

     

    L’industrie cotonnière s’y est installée dès le 18e siècle. Elle y bénéficiait de la présence de nombreux ports fluviaux et maritimes, dont celui de Rouen, véritables plates-formes commerciales pour les professionnels du textile.

     

    Au début du 18e siècle, la vallée se distingue déjà par ses activités. A partir de 1701, la demande de cotonnades devient si intense que les marchands et fabricants rouennais organisent la production en zone rurale, avec l'aide de la main d'œuvre campagnarde. Le nombre de travailleurs ruraux vivant du filage, de l'ourdissage et du tissage des cotonnades passe de 20 000 en 1730 à 100 000 à la fin du siècle.

    L’histoire du musée industriel de la Corderie Vallois remonte au 18e siècle. A l'origine, Jean Toussaint, un marchand de Darnétal, exploitait depuis 1759 un moulin à papier datant du 16e siècle.

     

    Achetée en 1819 par Charles-Désiré Fouquet, teinturier blanchisseur à Bapeaume, la propriété est modifiée dès 1821 par sa veuve, Marie-Rose Fouquet-Cuit, qui entreprend de lourds travaux. Un bâtiment de quatre étages à pans de bois, de 17,50 mètres de côté, est ainsi édifié le long de la rivière.

     

    En 1825, par ordonnance du roi Charles X en date du 18 janvier, l’autorisation lui est donnée de convertir en « moulin à coton » l’ancien moulin à papier. Les structures hydrauliques du moulin sont alors modifiées avec l'installation d'une roue géante d'un diamètre de 7,30 mètres et d'une largeur de 3,90 mètres.

     

    Le 9 août 1836, l'usine est rachetée par Edouard-Henri Rondeaux, indienneur à Bolbec. Après une reconversion temporaire en filature de laine, durant la crise cotonnière des années 1860, l'usine est transformée en corderie mécanique en 1880 par Jules Vallois, cordier à Saint Martin du Vivier.

     

    Elle fonctionnera jusqu’en 1978, date de sa fermeture.


    3 commentaires
  • Clères

    cliquez sur la photo pour voir BB. Depuis de longues minutes nous voyons la scène : la paonne surveillait étroitement son petit, lui montrait quoi manger puis elle a décidé de traverser avec mille précautions

    Clères

     

    Clères

     

    Clères

     Vite, vite en file indienne nous allons manger, il est 16 heures !

    Clères


    5 commentaires
  • La scabieuse

    La scabieuse


    7 commentaires
  • Les photos ci-dessous appartiennent à un copain JClaude. Il m'a photographié les pièces où je ne suis pas allée ainsi que l'entrée du château sans douves

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

     

    Château de Beaumesnil (suite et fin)

     


    4 commentaires
  • Régalez-vous !

    Régalez-vous !


    6 commentaires
  • Des jardiniers oeuvrent à la sauvegarde de près de 500 variétés de légumes anciens ou pittoresques. Tomates, potirons, arroches, amarantes, quinoa ...

    En visitant le jardin potager de Beaumesnil vous soutiendrez l'association "Mille et Un légumes" qui contribue à la sauvegarde des variétés transmises par des générations de jardiniers et d'agriculteurs.

    Le potager de Beaumesnil

    Le potager de Beaumesnil

    Le potager de Beaumesnil

    Le potager de Beaumesnil

    Le potager de Beaumesnil

    Ici se trouve la nurserie de petites graines ... les serres renfermant les légumes, les plantes médicinales, sont plus loin.

    Le potager de Beaumesnil


    6 commentaires
  • Hier, c'était le voyage excursion 2017 offert par la commune à ses anciens

    Au programme :

    visite guidée du château de Beaumesnil, parcs et jardins

    déjeuner au restaurant la "Pommeraie" à St Quentin des Isles

     

    Aller et retour en autocar grand tourisme

     

    Le château de Beaumesnil surnommé le Versailles normand, édifié de 1633 à 1640, est un remarquable témoignage du style baroque Louis XIII.

    Classé Monument Historique, ce splendide édifice de briques et de pierres, orné d'éléments sculptés et entouré de douves, abrite en plus de ses belles pièces meublées, une splendide collection de reliures.

    Autour, un parc à la française de 80 ha, dessiné par La Quintinie, incite à la flânerie.

    visite de la cuisine du château où se prépare de délicieux caramels

     un tournebroche

    La masse verte à droite du château est un étonnant labyrinthe de buis surmontant les ruines de l'ancien donjon médiéval, qui forme un îlot dans les douves

     


    5 commentaires
  •  

    Près d'Aumale (Seine Maritime)

    avec une association de ma ville, je suis allée déjeuner à Haudricourt (auberge "la mare aux bois") c'est près d'Aumale.

    Jolie auberge dans la vallée de la Bresle (Seine Maritime)

    puis nous sommes allés faire une balade en barques à cornets à Amiens.

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique