• Nous sommes partis à 7 heures 45 de l'appart' et nous nous sommes installés à Moulineaux près de Grand Couronne, face au château de Hautot-sur-Seine. Nous avons vu tous les voiliers et navires de guerre, nous étions assis le long de la Seine, puis après le dernier navire (vers 11 heures 45) nous avons pique niqué tranquillement.

    Pas un souffle de vent, pas de pluie, un temps nuageux et 19°.

    Un ou deux rayons de soleil bien minces !

     

    La grande parade de l'Armada 2013

    Le château, exemple parfait du classicisme sous Louis XV, a été construit pour les Le Coulteux, puissante famille de Finances de Rouen. Le riche mobilier a été transféré au château de Ste-Vaubourg, voisin, au milieu du XIXe siècle (il a depuis peu été dispersé). Les lucarnes de la façade ont été remaniées au second Empire. L'édifice a été attribué à la Sous-Préfecture après la Seconde Guerre mondiale, tandis que les espaces intérieurs étaient profondément modifiés.

     

    Le bateau mexicain : le Cuauhtémoc, le chouchou des Rouennais

     

    Le Belem

    Le Mir

    Le Monge

    Le Monge

    Toutes ces photos m'appartiennent, si vous en désirez une, demandez la moi.


    16 commentaires
  • feu d'artifice sur Armada 2013 à Rouen


    2 commentaires
  •  

    Hommage aux Pilotes en Seine

    Aucun bateau ne remonte ou descend la Seine sans un pilote ! Cet homme ou femme arrive à hauteur du bateau qui avance dans une vedette et il ou elle monte dans le bateau par une échelle.

    C'est le pilote qui prend les commandes. Le texte et la photo ont été prises sur internet. C'est un hommage ... Les spectateurs jeudi dernier auraient voulu une arrivée groupée des voiliers !!! et confondaient pilotes et remorquages !!!

     L'Armada : Un événement majeur

    Comme les cinq éditions précédentes, L’Armada 2013 est un événement majeur aussi bien pour le port que pour la ville de Rouen, une fête maritime internationale au cours de laquelle une quarantaine de grands voiliers traditionnels et de navires des Marines Nationales du monde entier sont ouverts à la visite pendant 10 jours, GRATUITEMENT, avant de redescendre la Seine tous ensemble pour un spectacle unique au monde ,« la Grande Parade ».

    Les pilotes de Seine au coeur de l’Armada

    Comme tout navire escalant dans un port, ces grands voiliers et navires militaires sont guidés par un pilote tout au long des 7 heures que dure leur remontée de la Seine.

    Les grands voiliers sont en effet caractérisés par un tirant d’air très important (50 mètres et plus de la surface de l’eau jusqu’au sommet des mâts pour les plus grands d’entre eux) ce qui implique un horaire de transit très précis pour qu’ils puissent passer sous les obstacles aériens qui enjambent la Seine (3 ponts et 5 lignes EDF) avec une marge de sécurité satisfaisante à la fois au-dessus du mât et sous la quille.

    Le service du pilotage coordonne également avec la Capitainerie le placement des navires à quai : un jeu subtil qui consiste à tenir compte des possibilités d’accueil des quais, des desiderata de l’Armada et des contraintes nautiques pour un appareillage harmonieux lors de la Grande Parade.

    10 jours et 120 km de spectacle!

    La montée de ces navires dans le port de Rouen se fait en plusieurs vagues qui sont intégrées au trafic commercial habituel du port. Cette année, les navires arriveront entre le 03 et le 06 juin. Ils devront remonter les 120 km de rivière avant d’arriver au Pont Flaubert (pont levant) que certains d’entre eux franchiront, de nuit pour limiter la gêne à la circulation,  pour aller se placer en plein cœur du centre ville de Rouen.

    Dimanche 16 juin, jour de la Grande Parade, le trafic commercial du port de Rouen est suspendu durant une marée. La parade débute par l’appareillage séquencé d’une cinquantaine de navires en trois heures trente et se poursuit par leur descente en convoi jusqu’à la mer. C’est un ballet nautique spectaculaire qui est coordonné et exécuté par les services portuaires : pilotes, remorqueurs, lamaneurs et officiers de port.

    Traditionnellement, un public nombreux assiste tout au long des rives de la Seine à cet au-revoir.


    8 commentaires
  • 3ème feu d'artifice sur l'Armada

    Une photo prise de ma fenêtre de chambre.


    7 commentaires
  •  

    L’Armada est l’un des plus grands rendez-vous de voiliers du monde. Il se déroule pendant une dizaine de jours tous les quatre à cinq ans à Rouen sur les quais de la Seine avec, entre autres, le soutien de la CREA.

     

    L’idée est née en 1986 lors d’une course reliant Rouen à New York et célébrant le centième anniversaire de la traversée de la Statue de la liberté sur l’océan Atlantique.

    Quelques années plus tard, le premier rassemblement de voiliers est organisé à Rouen en 1989 pour le bicentenaire de la Révolution française, de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, sous le nom des Voiles de la liberté. J'y étais, c'est un très grand souvenir ! Je vendais des timbres de collection toute la semaine !

    La manifestation connaît un tel succès qu'elle devient un rendez-vous régulier. Au fil des éditions, la panoplie de bateaux invités s'ouvre entre autres aux navires de guerre (porte-hélicoptères, sous-marins…), aux péniches et aux bateaux de course.

     

    Durant les dix jours, des millions de personnes participent à cette grande fête et se rassemblent chaque jour sur les quais. Des milliers de marins sont présents dans les rues rouennaises. Celles-ci sont mises aux couleurs des différentes nationalités des bateaux invités.

     

    Des concerts ont lieu tous les jours sur les quais et chaque soir un feu d'artifice est tiré. Au terme de ces dix jours, les navires descendent la Seine les uns à la suite des autres lors de la « parade de la Seine ». Apothéose finale, suivie dans chacune des communes du bord de Seine, qui s'achève au large de Honfleur et du Havre où les navires retrouvent la mer.

     

    Après 1989, 1994, 1999, 2003, 2008, la sixième édition de l’Armada de Rouen se profile. Rendez-vous est pris du 6 au 16 juin 2013.

     

    Plus d’infos sur l’édition 2013, son programme et les voiliers invités sur le site de l’Armada, www.armada.org


    2 commentaires
  • La tour St Romain

    Place de la calende

    Portail des libraires

    Le choeur


    14 commentaires
  • Les 1er dimanche du mois, les musées de Rouen sont gratuits. L'arrêt du métrobus "Beauvoisine" est à deux pas ... Un après-midi très intéressant et peu onéreux. Trois niveaux avec ascenseur.

    Situé dans un ancien couvent édifié vers 1640, le Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen a été créé, en 1828, par Félix-Archimède Pouchet (1800 - 1872), naturaliste et professeur de zoologie rouennais. Grâce à lui et à son successeur Georges Pennetier qui fût le premier à reconstituer des scènes naturelles (dioramas), le Muséum acquit une renommée nationale.

    Lieu de mémoire où l’on peut suivre l’histoire des sciences, il présente des collections à la fois cohérentes et variées, constituées de 800 000 objets dont une partie est exposée sur 2500 m2.

    Ce muséum est le plus diversifié de France, après Paris. Ses principaux intérêts sont d’ordre scientifique et pédagogique. Il renferme de nombreux "types", spécimens de référence internationale, ainsi que des espèces disparues de la planète.

    Les insectes, coquillages, oiseaux, petits mammifères m'ont énormément intéressée. Un après-midi ne suffit pas.

    Il est interdit de prendre des photos alors je me suis permise de prendre une photo et le texte sur Internet.

     


    6 commentaires
  • Le Gros Horloge de Rouen

    Le beffroi gothique abrite depuis sa construction à la fin du XIVe siècle, les cloches communales et l'horloge de la ville.

    Le Gros Horloge est un pavillon de la Renaissance qui enjambe la rue par une arche surbaissée. Sur le double cadran Renaissance, l'aiguille unique pointe l'heure.

    Sous le chiffre VI, la divinité qui symbolise le jour de la semaine apparaît, à midi, sur un char de triomphe.

    Au-dessus du cadran un globe indique les phases de la lune. Partout des moutons rappellent l'importance du travail de la laine. L'agneau pascal, représenté au centre de l'arcade, symbolise les armes de la ville. Enfin, une fontaine Louis XV complète l'ensemble et célèbre les amours du dieu fleuve, Alphée, et de la nymphe Aréthuse.

    Un parcours de visite dévoile l’envers du décor de ce monument exceptionnel. Dans le pavillon, on accède à la salle des cadrans et dans le beffroi, on découvre le mécanisme du XIVe siècle, les premières cloches municipales mais aussi un panorama unique sur la ville.

    gif noël : barre de séparation pour les fêtes 


    4 commentaires
  • La plus vieille auberge de France est à Rouen

    à sa droite, se trouvait le musée Jeanne d'Arc

    Pourquoi des ombrelles ? je l'ignore encore ...

    Ce restaurant se nomme La Couronne

    Entrée du restaurant "la couronne"

    Entrée du restaurant

    La Couronne est tout simplement la plus vieille auberge de France. Construite en 1345 sur l'ancienne place du Vieux-Marché, au cœur du vieux Rouen, elle a vu défiler les plus grands, devenant ainsi une légende. De John Wayne à Grace Kelly, en passant par Sophia Loren et Serge Gainsbourg, ils figurent en photos dans la galerie d'honneur.

    La Couronne, grâce à sa cuisine traditionnelle et régionale, vous donne plaisir à découvrir la Normandie à la carte.


    11 commentaires
  • Portail des Marmousets

    On entre à l'intérieur de l'édifice par le portail des marmousets qui ferme le bras sud du transept. Les nervures de la voûte retombent sur deux grandes clefs pendantes. La partie inférieure des piédroits et du trumeau central sont sculptés de quarante médaillons quadrilobés retraçant la vie de  St Ouen, dont on retrouve la statue juchée sur le trumeau. Le tympan est dédié à la Vierge.


    2 commentaires
  • Le ciel, ce mardi 11 décembre

    La croix indiquant la place du bûcher de Jeanne d'Arc

    Le ciel, ce mardi 11 décembre

    Napoléon place de l'hôtel de ville 

    La statue équestre est un type de statue représentant un personnage monté sur un cheval.

    Le monde en compte des milliers présentant des rois ou des personnages historiques. De manière anecdotique, il existe une règle qui n’a malheureusement pas toujours été suivie, mais qui permet quelquefois de déterminer les conditions de la mort du cavalier : lorsque le cheval a les deux jambes avant levées, son cavalier est mort au combat, tandis que lorsque seule une jambe avant est levée, le cavalier est mort à la suite de ses blessures au combat. Si les quatre jambes sont au sol, le personnage est mort de causes naturelles et non pas au combat.

    Napoléon n'est pas mort au combat ?! Par contre, il est tête nue ... le chapeau fait par le sculpteur est trop petit pour qu'il tienne sur sa tête ! Il le tient de sa main droite

    Le ciel, ce mardi 11 décembre

     Le ciel, ce mardi 11 décembre

    Gargouille en haut de St Ouen

    Je peux vous dire aussi ... quand nous avons descendu la rue Jeanne d'Arc nous avions le soleil face à nous ! Comme il est souvent absent ces derniers temps, nous n'avons pas pesté contre lui !

    Mais il faisait 3°, on ne peut pas tout avoir ! L'hiver arrive ...

     


    1 commentaire
  • Le montreur d'ours

    Une vitrine pour Tourlaville et toutes les amoureuses d'ours. Elle est située rue Beauvoisine à Rouen.

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique